Proveysieux

logo du site
  • Proveysieux

Accueil du site > Evénements > Remise de la Légion d’Honneur

Remise de la Légion d’Honneur

Legion d Honneur 2

Samedi 31 octobre 2015, Monsieur Robert Thevenin a été décoré de la Légion d’Honneur par le Général Carré, en présence de nombreuses personnalités, entouré de sa famille et de ses amis.

Sur proposition du ministre de la défense, dans le cadre d’une promotion décidée par le Président de la République pour le 70ème anniversaire des débarquements et de la libération, il a été promu à ce grade suprême. 

Retour sur son parcours :

Vingt et un an après la fin de la guerre que tous croyaient et espéraient être la Der des Der, éclatait le 2ème conflit mondial. Des hostilités dépassant largement la scène européenne, et qui avait gagné la planète toute entière. L’humanité était mise en danger par l’ampleur de ce conflit, en termes d’étendue géographique, mais aussi en termes de rapport de l’homme à lui-même, cette volonté forte d’affrontement, la haine portée contre d’autres hommes, ce sentiment de besoin absolu de destruction de peuples entiers et de suprématie.
En décembre 1940, pour échapper aux camps de jeunesse instaurés par le régime de Vichy, Monsieur Robert Thevenin décide de contracter un engagement dans l’armée française en Afrique du Nord. Orphelin de mère, il avait 21 ans et du courage et de la volonté à revendre !
De Ceysériat, dans l’Ain, où il habitait, il a rejoint la caserne Ste-Marthe à Marseille où il a signé un engagement de 5 ans dans le 4ème régiment de Zouaves. En février 1941, il embarque pour Tunis où il est affecté au 3ème bataillon du 4ème régiment de Zouaves qui faisait partie de l’Armée d’Afrique, et, qui ralliée aux Etats-Unis, sera considérée comme dissidente par le régime de Vichy.
Avec son régiment, il prend part à la campagne de Tunis. Parmi tous les combats auxquels il participait, il convient de noter tout particulièrement ceux qui se sont déroulés dans la région de Medjez-El-Bab, où sa compagnie anti-char s’est trouvée en première ligne.
Pendant plus de 3 mois, incluant la période de Noël, il a combattu dans des conditions extrêmement difficiles, à partir de trous individuels, avec un ravitaillement aléatoire, sous les bombardements intensifs de l’artillerie et de l’aviation allemandes.
Après ces durs combats acharnés, l’armée française, appuyée par le renfort des forces alliées britanniques et américaines, réussit à vaincre l’ennemi fougueux. Les pertes humaines furent considérables.
En 1943, il est promu dans le corps des sous-officiers, avec une nomination au grade de sergent. En avril/mai 1944, il participe à la libération de Tunis avant de rejoindre Alger en décembre 44, où il séjourne au Fort de Sidi Ferruch.
Après cette longue campagne de Tunisie, il est intégré dans le contingent qui embarque de Mers-el-Kébir en Algérie, pour participer au débarquement en Provence, débarquement dont le 70ème anniversaire a été célébré glorieusement l’an dernier en présence du Président de la République.
De la Provence, il fait mouvement vers la côte atlantique, le 4ème zouaves, rattaché à l’armée commandée par le Général Larmirat, étant chargé de la réduction des poches de résistance allemande dans le sud-ouest.
Il prend part aux combats engagés avec les alliés pour la libération de Bordeaux, ainsi qu’à l’attaque de la Rochelle et Royan qui a porté le nom d’opération "Vénérable" en avril 1945. Ces combats furent d’une extrême violence et les pertes humaines considérables face à la résistance de l’armée allemande.
Son retour en France s’achève avec sa participation au défilé du 14 juillet 1945 sur les Champs-Élysées. Après 5 longues années d’engagement, il est démobilisé en octobre 1945.
 

Legion d Honneur 3


En le nommant chevalier dans l’Ordre national du Mérite, en lui décernant la Légion d’Honneur un an après, à 95 ans, le Président de la République, a rendu hommage et rend un hommage appuyé à son valeureux engagement, à ses actes de courage et de dévouement.
C’est une reconnaissance publique de ses mérites.

Les conflits dans ce monde sont encore nombreux.
Mais, comme l’écrivait si justement Aristide Briand :
"Pour faire la paix, il faut être deux : soi-même et le voisin d’en face". 
La paix, la liberté, sont des valeurs fragiles.

Transmettons avec vigueur les valeurs de courage de ceux qui au cours de ce terrible conflit, ont permis le développement humain de notre pays.

Legion d Honneur 1



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF